Plats & Accompagnements

De l’utilité publique de la boulette et autres considérations boulettologiques, ou quand je ramène ma boulette… d’automne !

De la préparation où il faut mettre la main à la farce, l’exercice
loin de rebuter détend. 

Mieux !

Faire rouler la boulette entre ses doigts est un
jeu d’enfant !

D’ailleurs nos têtes blondes ne s’y trompent pas et se font
enrôler de bon cœur ! Avec leurs petites mains expertes, aguerris qu’ils sont par des
années de pâte à modeler, ils peuvent enfin passer aux choses sérieuses en roulant dans la
cour des grands leurs premières boulettes !

Quant aux grands de leur côté, il faut bien avouer que l’aspect régressif et ludique de la chose n’est pas pour leur déplaire…

La boulette est une empêcheuse de déprimer en rond

Par ses
formes girondes, la boulette se veut réconfortante, rassurante et conviviale. Antidote
implacable à la monotonie dans l’assiette, elle se révèle être une alliée de
choix pour les repas vite faits, bien faits et complets qui plus est !

La boulette est bonne farce ! 

Mieux ! Elle se révèle reine
de l’accommodage ! 

Pas bégueule pour deux ronds, elle se plie de bon
gré à l’humeur de vos placards et s’accoquine sans vergogne aux restes de
votre frigo. Avec quelques épices, deux trois brins d’herbes et un soupçon d’imagination,
vous offrez en deux temps trois mouvements, une seconde vie à vos restes
métamorphosés en de délicieux mets ronds en bouche. 

La boulette
est aussi maîtresse dans l’art de rouler les papilles de nos bambins !
Après en avoir bavé des ronds de chapeaux pour leur présenter qui le légume détesté,
qui le bout de viande abhorré… fini les ronds de jambe : Laissez faire la
boulette !

 Les voilà qui se mettent à déguster les
aliments maudits, mieux ils sont plébiscités !

Mystère et
boulette de gomme me direz-vous?

Pas si sûre…

La boulette
est une perle dans l’art du camouflage. Elle sait associer les goûts,
lier les parfums, harmoniser les saveurs et nous de jubiler en douce de les
rouler ainsi dans la farce…

Et bonheur ultime pour les petits comme pour les grands : Manger
la boulette avec les doigts, c’est légal !!! 

Décidément, la boulette à tout pour plaire !

Alors pour conclure cette ode à la boulette, place à la
boulette d’automne qui fut rondement
dégustée…


Boulettes d’automne

  

De l’utilité publique de la boulette et autres considérations boulettologiques, ou quand je ramène ma boulette... d’automne !

Ingrédients
pour 4 à 6 personnes

1 petit oignon

200g de  butternut râpé

2 tranches de pain mie

1 peu de lait

1cc miel

1 blanc d’œuf

300g de veau haché

Sel poivre

3 feuilles de sauge

Marrons sous vide en conserve

Huile d’olive

Préparation

Epluchez votre butternut, râpez-le.

Epluchez et ciselez un petit oignon

Ciselez vos feuilles de sauge.

Humidifiez vos tranches de pain de mie avec un peu de lait
pour les ramollir, enlever le surplus de lait.

Mélangez-le tout avec la viande de veau haché, la cuillerée
de miel et le blanc d’œuf. Le blanc va servir de lien (vous pouvez tout aussi
bien utiliser le jaune mais il est plus riche).

Salez, poivrez.

Façonnez vos boulettes.

Mixez vos marrons et roulez vos boulettes dans la chapelure
de marrons avant de les disposer dans la poêle.

Mettre de l’huile d’olive à chauffer dans une poêle et
déposez-les boulettes, les retournez régulièrement au cours de la cuisson afin
qu’elles soient dorées de toute part. Faire cuire environ 15mn.

Actualité

La foire d’automne continue jusqu’à lundi ! Venez participer gratuitement aux ateliers culinaires mis en place par 750 grammes et animés par de nombreux bloggeurs ainsi que par Chef Damien !

Pour consulter le programme, c’est par ici !

21 Commentaires

Laisser un commentaire