Plats & Accompagnements

Lasagnes passionnément basques ou quand du pire naît le meilleur

Il y a des jours comme ça, où, à peine a-t-on posé un pied par terre, on sait intuitivement que la journée ne va pas se dérouler aussi bien qu’espérée. Pourtant on l’imaginait rayonnante cette journée, à l’idée des 1001 choses qui allaient la remplir, ces petits riens du quotidien qui ont le don de vous l’illuminer… 

Alors on refoule le mauvais pressentiment, on tente de chasser cette petite voix de mauvais augure qui revient sans cesse en tête comme une ritournelle et on reprend le cours de sa journée que l’on veut extraordinaire. 

Mais rien à faire l’anicroche persiste, la menace de la journée gâchée rôde, elle nous attend tapie dans l’ombre et nous mitonne son effet de surprise. 

Des jours comme ceux-là, je crois bien pouvoir  vous en citer à la pelle, tant la vie est une succession d’imprévus, de rendez-vous manqués parfois, d’événements qui ne se passent jamais comme le bon sens ou la logique pourraient nous le laisser présager souvent. Ces jours-là, on préfère les oublier, faire l’impasse en pensant à des jours meilleurs mais peut être finalement sont-ils là afin de nous permettre de savourer encore plus intensément les petits et grands bonheurs qui font nos journées extraordinaires. 

Mais  trêve de philosophie de bas étage, et côté fourneaux me direz-vous ? 

Eh bien je crois que ce genre de journée peut générer aussi bien le pire, que le meilleur… Et il ne tient souvent qu’à nous pour transformer le pire en meilleur. 

Ce jour-là, je souhaitais réaliser une recette qui germait depuis quelques temps dans mon imagination, mais c’était sans compter sur la menace du jour : mon nouvel appareil à ravioli, que force est de constater, je ne maîtrise pas encore…  

Je ne désespère cependant pas de vous présenter ici un jour la recette qui me trotte dans la tête, mais en attendant je vous propose la variante savoureuse qui m’a sauvée la mise. 

Avec une bonne dose d’inventivité et une gourmandise à toute épreuve, tout devient alors possible !
Lasagnes passionnément basques ou quand du pire naît le meilleur

Lasagnes Basques

Ingrédients

Pour la pâte à lasagne Lasagnes passionnément basques ou quand du pire naît le meilleur

4 œufs

1cs d’eau (environ 15ml)

440g de farine tamisée

1/2cc de sel et 1/2cc de piment d’Espelette.

Pour la farce

150g d’Ossau iraty

Piment d’espelette

250g de ricotta

1 petit chorizo à cuire (environ 200g)

Pour la béchamel légère

1 cuillère à soupe de Maïzena
30 cl lait écrémé

Pas à pas

Commencez par la confection des pâtes :

Mettez les œufs, l’eau, la farine le piment d’Espelette et le sel dans le bol du batteur. Mélanger environ 30 secondes avec la feuille, puis 2mn avec le crochet. Enlevez la pâte du bol et pétrissez à la main pendant 2mn. Laissez reposer la pâte 20mn. Séparez la pâte en 4 boules que vous aplatissez avant de passer au laminoir en diminuant à chaque fois l’épaisseur jusqu’à l’obtention de l’épaisseur désirée. Découpez vos feuilles de pâtes en fonction des dimensions de votre plat;

Pendant le repos de la pâte,préparez la béchamel :
Délayer la Maïzena dans le lait et faire chauffer à feu doux, jusqu’à obtenir une consistance onctueuse saupoudrez d’un peu de piment d’Espelette. Réservez.

Puis la farce :

Enlever la peau de la saucisse de chorizo, l’intérieur est mou et se détache sans problème. Conservez un petit morceau d’ossau Irraty que vous couperez en copeaux et que vous parsèmerez sur  le dessus des lasagnes, râpez le reste. Mélangez le chorizo, l’ossau Irraty râpé à la ricotta, assaisonnez avec le piment d’Espelette (inutile de saler le chorizo et l’ossau irraty s’en chargent).

Faîtes préchauffer votre four à 180°c.

Dressez vos lasagnes :

Enduire le fond du plat d’un peu de béchamel. Disposez une feuille de pâte dessus et recouvrir de votre farce. Renouvelez l’opération jusqu’à épuisement des ingrédients en terminant par une couche de pâte que vous recouvrirez d’un peu de béchamel pour ne pas que la pâte durcisse en cuisant. Parsemez de quelques copeaux d’ossau Irraty.

Enfournez pendant environ 30mn, et surveillez la cuisson en piquant avec la pointe d’un couteau.

19 Commentaires

  • C'est un sacré "regards croisés de périodes culinaires" puisque j'avais commencé à feuilleter mes livres pour me lancer dans des raviolis, mais je n'ai pas le laminoir 🙂 Je vais tenter tes lasagnes avec de la pâte toute faite (honte sur moi!), elles ont l'air délicieuses!

  • L'étudiante, Kim, Julia et Juliette : Pour une recette de la dernière chance, je trouve aussi qu'elle ne s'en sort pas si mal ^^
    Stéphanie : Ne pas avoir de laminoir m'aurait permis de sauver les apparences, d'un autre côté,nous n'aurions pas eu la chance de déguster ces lasagnes, entre nous le choix est vite fait ^^

  • Bravo!!
    une question bête : j'adore la béchamel mais suis au régime, est-il préférable de s'en passer totalement ou la version maîzena la remplace-t-elle honorablement? J'imagine que tout est dans l'assaisonnement mais…

  • Hum ca a l'air très bon
    deux questions
    Chorizo tu l'as pris épicé ?
    sinon froid ca mange bien aussi ? je me dis qu'en bouchée apéritives cela pourrait être bien en voyant la phot mais c'est peut-être un leurre

  • Clémence : Merci !
    Birgit : C'est quand ton mois rouge ??? ^^

    Saganne : Bienvenue à toi ! Écoute, moi aussi je suis gourmande et adore la béchamel, mais très franchement cette béchamel légère à base de maïzena fait parfaitement illusion d'autant que ces lasagnes sont parfumées par le fromage, le chorizo et le piment d'Espelette, la béchamel est là pour apporter le liant et c'est suffisant 🙂
    Sylvie : Pour être précise, j'ai utilisé de la soubressade, un chorizo à tartiner, venant de l'Ile des Baléares, c'est un chorizo plutôt doux, je me suis dit qu'avec du piment d'Espelette c'était inutile d'utiliser un chorizo fort, mais chacun ses goûts ! Tu as un œil de lynx dis-moi ^^ Effectivement la photo a été prise une fois le plat froid, je le regrette car la texture est vraiment différente chaud, le rendu aurait été plus onctueux et plus gourmand. Froid, pourquoi pas, même si je pense que c'est chaud que toutes les saveurs prennent vraiment tout leur sens 🙂

  • J'adore ta variante de lasagnes super parfumée , bien réconfortante … J'ai vu d'autres très belles recettes sur ton blog , je vais les regarder plus en détails . A bientôt.

  • Pas facile de réussir des raviolis qui se tiennent bien. Ici, dans la midi, on les fait à l'ancienne, avec une petite roulette … Moins rapide mais ça a le mérite de bien fonctionner ! ;o) EN tout cas, ton rattrapage est exemplaire ! ;o)
    Bisous
    Hélène

Laisser un commentaire