Biscuits & Confiseries Cuisine sauvage Desserts

Mes inspirations printanières : Macarons à la violette

Chez nous, le printemps a pour fâcheuse habitude de
réveiller le TOC qui sommeille en mon homme.

…Et je suis sûre que chacun d’entre vous connaît au
moins un TOC dans son entourage.

La particularité du TOC ?

Disposer d’un petit lopin de terre.

Et croyez-moi pour l’avoir vu à l’œuvre auparavant,
point n’est besoin de verdure à perte de vue, quelques mètres carrés
suffisent !

Par TOC comprenez:

Tondeur Obsessionnel Compulsif !

Il faut savoir que le TOC n’est pas actif toute
l’année. Il vous offre une période de répit comprise entre les mois de novembre
et de mars. Mais lorsque les beaux jours apparaissent, que le climat nous gratifie
d’une bienfaisante alternance de pluie et de soleil (un peu plus en ce moment
ne serait pas un luxe), l’herbe se pare d’un beau vert vivifiant, et reprend sa
folle croissance, là où elle l’avait laissée en octobre dernier. 

C’est à cet instant précis que les instincts les
plus primaires de notre TOC se réveillent !

Et si par malheur la grandeur du terrain justifie
l’acquisition d’une tondeuse autoportée, comprenez par là un joujou grandeur
nature qui réveille l’enfant qui somnole (si peu) en lui,  une frénésie s’en empare et le voilà, s’élançant, à
cheval sur son tracteur, à la conquête du moindre brin d’herbes qui dépasse.

Et on assiste alors, bien impuissant, à un immuable
rituel.… l’extermination consciencieuse et zélée des petites fleurs, disséminées ça et là, égayant ce parterre de verdure.

Car, malheureusement en matière de tonte, pas
grand-chose ne résiste à son passage.

C’est ainsi que, l’an dernier, mes sanguines ont eu
raison de mon TOC adoré, tondue dans la fleur de l’âge ou devrais-je dire avant
même tout signe d’épanouissement…

Et autant je suis toute disposée à consacrer du
temps à l’élaboration de mon potager, autant en matière de fleurs, ma
préférence va aux vivaces pour leur côté rustique d’une part, mais surtout,
surtout, pour l’avantage, non négligeable, qu’elles présentent : celui de
pousser, année après année, comme bon leur semble, au gré de leurs envies et de
celui du vent.

Cette année encore, la tonte sauvage ne les a pas
épargnées, mes fleurs. Et ce fut au tour de mes crocus de s’incliner devant les
assauts de mon faucheur fou.

Mais, comme il me l’a si justement signalée, 

– « Elles vont repousser ! » 

-« Oui mon amour…l’année prochaine»…

Mais, sûrement dois-je m’estimer heureuse
puisque j’ai eu la chance cette année d’en profiter en fleur au moins… une
bonne journée…

Alors que le week end se profile, que le soleil
flamboie et que l’herbe atteint des hauteurs bien plus élevées que ne peut souffrir un TOC, avant que ses instincts de faucheur fou ne s’éveillent,  je vous offre ces quelques violettes et les
macarons qu’elles m’ont inspirées…

 Macarons à la violette

Mes inspirations printanières : Macarons à la violette

Ingrédients

Pour environ 30 macarons de taille moyenne (env 3cm)

Pour
les coques
 

50g
d’eau

150g
de sucre semoule

150g
de sucre glace,

150g
de poudre d’amandes

2
fois 50g de blancs d’œufs vieillis (idéalement 1 semaine au réfrigérateur)

15g
de sucre semoule

Quelques
gouttes de jus de citron

Une
pincée de sel

1
pointe de couteau de colorant en poudre de couleur violette

Pour
la ganache montée :
50g de chocolat blanc à 35%

25g
de crème liquide épaisse

3g
de miel neutre (type acacia)
75g de crème liquide épaisse froide
Quelques gouttes d’arôme naturel de violette

La veille vous devez :

Réaliser
la ganache montée à la violette.

Sortir
les blancs d’œufs vieillis et les conserver à température ambiante.

Torréfier
10mn à 150° votre poudre d’amandes et la laisser refroidir.

Le jour J, vous devez :

Réaliser
les coques des macarons

Monter
votre ganache

Dresser
vos macarons

La veille :

La
ganache :

Mettez
le chocolat à fondre dans un récipient au bain marie ou au micro onde. Si vous
optez pour le micro onde, je procède par tranches de 20 secondes et réitère l’opération
aussi souvent que nécessaire pour le faire fondre convenablement,.

Portez
les 25g de crème et le miel à ébullition. Réalisez une émulsion en versant la
crème chaude en 3 fois sur le chocolat fondu pour former un noyau élastique
lisse et brillant. Ajoutez la crème liquide froide, mélangez ou lissez si
besoin avec un mixeur plongeant jusqu’à ce que la ganache soit lisse. Réservez
la ganache au réfrigérateur idéalement une nuit.

Le jour J :

Les
coques

Montez
progressivement les blancs d’œuf avec une pincée de sel et quelques gouttes de
jus de citron. Quand le mélange commence à mousser, ajoutez le sucre en 3 fois
en augmentant un peu la vitesse pour bien les structurer et avoir la
consistance dite du bec d’oiseau. Diminuez la vitesse. Parallèlement, réalisez
un sirop. Cuire à 110°c, le sucre et l’eau. Vous pouvez les mélanger un peu
avant de les mettre sur la source de chaleur mais après surtout ne remuez plus.
Versez le sirop obtenu sur les blancs en mince filet. Passez à vitesse moyenne
et laissez refroidir jusqu’à environ 40°c. On obtient alors une meringue
italienne.

Préchauffez
le four à 145°c/ 155°c selon votre four pour de petits macarons ( env 3cm de
diamètre) et à 160°c/ 170°c pour de gros macarons ( env 6cm de diamètre).

Mélangez
le colorant avec les blancs d’œufs puis incorporez au mélange sucre glace/
poudre d’amandes et mélangez afin d’obtenir une sorte de pâte.

Incorporez
la meringue italienne à la préparation, en prenant soin d’effectuer des
mouvements de bas en haut et du milieu vers les bords du récipient en faisant
en même temps tourner la jatte jusqu’à ce que le mélange fasse le ruban. Ça y
est vous venez de macaronner !

Remplissez
une poche munie d’une douille de 8 ou 10mm et dressez les macarons en quinconce
sur votre plaque.

Laissez
croûter vos coques à l’air ambiant environ 30mn puis enfourner environ 13mn.
Cela dépend de votre four. Attention, les coques après cuisson ne doivent pas
prendre de couleur (elles ne doivent pas roussir).

Sortez
vos coques du four, creusez le dessous des coques avec le pouce lorsque celles-ci
sont encore tièdes (vous pourrez ainsi les garnir plus généreusement de ganache !)
et laissez-les refroidir.

Pendant
ce temps, réalisez votre ganache montée. Montez le mélange en chantilly, remplissez
une poche munie d’une douille de 6 ou 8mm et garnissez aussitôt les macarons.

Conservez
vos macarons au réfrigérateur et dégustez-les idéalement 48h après réalisation,
ils n’en seront que meilleurs !

9 Commentaires

Laisser un commentaire