Desserts

Tarte aux fraises et à la chantilly ou le goût des sentiments

Joli hasard du calendrier ou merveilleux cadeau de la vie, comme la promesse d’une belle aventure qu’elle nous offrait, nous étions, mon grand-père et moi, nés le même jour.Et force est d’admettre qu’elle ne s’était pas trompée la vie !

Ce fut 26 ans d’une belle amitié, d’une complicité à toute épreuve, d’un nombre incalculable de fous rires partagés et regards entendus.

 

Je compte sur les doigts d’une  main les souvenirs d’enfance sans lui…

 

Nous étions inséparables.

Compagnons de goguette tantôt à pied ou en vélo, de fortune mais parfois aussi d’infortune …
Je me souviens de ces petits fours commandés par ma tante  chez Fauchon que nous devions passer prendre lors d’une de nos promenades matinales dans la capitale. Les dites douceurs dûment récupérées place de la Madeleine furent trimballées à tout va dans le tout Paris, pour arriver à destination un brin fatiguées de leur périple, de toute évidence, pas au mieux de leurs formes, ce que ne manqua pas de constater ma tante et de nous le faire comprendre à grand renfort de décibels…

Nous mi-confus, mi-amusés et comme toujours, solidaires dans l’épreuve.

Lorsqu’arrivait le jour qui nous réunissait un peu plus que les autres, c’est toujours autour de la même tarte que nous le célébrions. Une tarte à la fraise de la maison Choudet, le meilleur pâtissier de notre petite ville qui a, depuis longtemps déjà, tiré sa révérence pour une retraite bien méritée.

 

Trait de coquetterie ou contrainte technique contournée (nous ne nous étendrons pas sur le sujet …) seul trônait sur cette tarte le nombre de bougies relatives à mes années. Et après les avoir soufflées de concert, le rituel de la dégustation pouvait débuter, immuable au fil des ans :

D’abord savourer le fruit, les premières fraises de la saison, rouges et sucrées à souhait, recouvertes d’une fine pellicule de gelée qui leur conférait un addictif goût de bonbon. Ne restait ensuite que la pâte feuilletée garnie d’une aérienne chantilly maison. Le croustillant de la pâte feuilletée contrastant avec l’onctuosité vaporeuse de la chantilly maculée ça et là de traces de gelée égarée, les deux formant un mariage parfait. Cette tarte nous la dégustions une seule et unique fois par an.
C’était LA tarte d’anniversaire.

 

Réaliser cette tarte maison, j’y ai souvent pensé, je l’ai longtemps rêvé, mais la peur du rendez-vous manqué, l’angoisse tenace de la faute de goût, de ne pas y retrouver la saveur de l’enfance m’a, à chaque fois, incitée à repousser l’échéance…

Jusqu’à ce week-end de fin d’été…

Et même si nous étions bien loin du 5 juin, l’évidence que le moment spécial tant attendu était enfin arrivé. Des retrouvailles familiales que seule scellerait une tarte singulière.

Une tarte à l’inimitable goût des sentiments,

cette tarte à la fraise qui fut à la hauteur de la saveur de l’événement…

 

                                                                    Tarte aux fraises et à la chantilly ou le goût des sentiments

                                                                                                                                        A mon grand-père chéri…

 

 

Tarte à la fraise

Pour un plat à tarte rectangulaire de 20x29cm

250g de pâte feuilletée maison ou une pâte feuilletée toute prête (dans ce cas privilégier celles conditionnées sous forme de pâton de type Francine)

400g de fraises

250g de crème liquide épaisse

2cs de sucre glace

Nappage à la fraise

Pour le nappage :

100 g de sucre en poudre

5 cl d’eau

4g de gélatine alimentaire

quelques gouttes de sirop de fraise

La pâte

Étaler votre pâte feuilletée aux dimensions de votre moule + 2cm de chaque côté.

Découper les bandes de 2cm à chaque extrémité. A l’aide d’un pinceau, humidifier les extrémités de la pâte sur une largeur de 2cm et coller les bandes de pâtes qui constitueront les bordures. Appuyer délicatement pour bien souder les pâtes entre elles.

Piquer légèrement la pâte (surtout pas les bordures) pour éviter que le fond ne gonfle à la cuisson.

Recouvrir le fond d’une feuille de papier siliconé, en veillant à laisser les bordures libres pour les laisser gonfler. Conserver 1 heure au réfrigérateur (pour éviter que la pâte ne rétrécisse à la cuisson, merci pour le conseil Mercotte !)

Préchauffer votre four à 180°c.

 

Les fraises

Nettoyer vos fraises sous l’eau claire. Les égoutter puis les essuyer sur du papier absorbant. ôter la colerette et couper en deux.
Réserver.

 
La chantilly
Mettre le bol et le fouet de votre robot au congélateur avec la crème liquide pour une meilleure prise de la chantilly.

Tarte aux fraises et à la chantilly ou le goût des sentimentsLorsque tout est bien frais, verser la crème dans le bol de votre robot et actionner le fouet en augmentant progressivement la vitesse toutes les 30 secondes environ. Lorsque la crème se solidifie ajouter le sucre glace.

Réserver au frais.

Avant d’enfourner votre pâte feuilletée, garnir de légumes secs à hauteur.

Cuire pendant 20 à 25 mn.

Réserver.

Le nappage

Laisser tremper la gélatine dans un grand bol d’eau froide.

Dans une casserole, faire fondre le sucre dans l’eau à feu doux afin d’éviter la caramélisation.

Remuer régulièrement. Lorsque le sucre est entièrement dissout, mettre quelques gouttes de sirop de fraise (à votre convenance) et la gélatine égouttée. Remuer et laisser refroidir quelques instants avant d’en napper les fraises.

Le dressage

Garnir une poche à douille de la crème chantilly. En recouvrir le fond de la pâte. Puis aligner les moitié de fraises. Garnir les fraises de nappage à l’aide d’un pinceau.

Déguster.

13 Commentaires

Laisser un commentaire